EN

This is the biography of Patrick Watson (based on things he told me).

Once there was a boy named Patrick Watson who was born on a military base in the Mojave Desert. His father rode around in planes carrying bombs, waiting for a command to drop them that never came. He was the baby in a family of five, which would include a future figure skater, an engineer and an air force pilot, but he was seven years younger than his next older sibling. The trouble with being born this late into a family is they have all already gone mad, and they are engaged in domestic dramas, chasing each other around with knives. He was left to make too many assumptions about love and life on his own, and he still has the philosophy of a wise beyond-their-years wide-eyed child.

The family moved to Hudson Quebec when Patrick was four. He was asked by an old gentleman by the name of Frank Cobatt to sing in the church choir. Perhaps they met in the cough drop section of the local grocery store. And Patrick sang in the church and his little boy’s pretty, melancholic voice broke everyone’s heart. And the choir director had him sing at the foot of a grave at a funeral. Because there is something in his voice that captures all the lovely things in life we can only hold onto temporarily and how their transience is what makes them wonderful.

Patrick started playing piano when he was a child, of course. The piano used to belong to a boy named Gordon. The boy would appear as a ghost and teach Patrick how to play in the middle of the night. Even if Patrick played at three in the morning, his mother never interrupted these vital lessons. He showed me the photo of Gordon who looked, more or less, like a terrifying psychopath with tuberculosis who probably slit his whole family’s throats while they were sleeping. But I did not say so.

Patrick says he became a singer by accident. He thought he would compose scores for others to play, which seems like an odd thing to say because he is so clearly sprinkled with the pixie dust that causes a person to be transfixing on stage. And it’s now hard to imagine Montreal without the soundtrack of his songs.

But he met the artist Brigitte Henry who was taking surreal underwater photographs of people in their clothes to make a book. This seemed like very important business to Patrick, so he made music for her exhibition. They performed the show at the porno movie theatre Cinema L’Amour. It was sold out. Brigitte Henry still designs some of his album covers, including this one.

Patrick likes to hang on to people. He met his first guitar player Simon Angell playing guitar on the small streets of Hudson. In his first jazz class at college he walked in and Robbie Kuster and Mishka Stein were both sitting there. It was as though they were all waiting for each other. They would play together for the next twenty years.

While they were working on his first album, the band lived in an abandoned church. They were kicked out for ringing the church bells when homeless people came in to be married, waking all the neighbours up in the middle of the night, in a misguided attempt to let them know love existed.

They opened up for James Brown where they learned to manage a large crowd. Every day before a concert James Brown and his team would hold hands and pray the show would be amazing. This taught the band that being on stage is a humbling honor and a music show is where people come to have a mystical experience. In the end, it was not so different than when he sang in church as a boy.

While writing this new album, the drummer Robbie left, Patrick and his partner separated, and his mother passed away. Much of this album is about having a wave knock you over when you realize that everything you have in life can be wiped away in a moment. He brought a notebook underneath the waves and composed tunes about melancholy while listening to the lonely hymns of mermaids. And the songs are about how sometimes you have to sing a love song to yourself when no one else will. "Melody Noir" is about writing a song to the hole inside us all.

Some of the songs, including "Turn out the Lights" and "Look at You", are about falling in love again and learning how to be intimate in a new way. And how surprising it is that, although life can change, it can turn out to be better in so many ways than you could ever have imagined. And, ultimately, the album is about rebuilding your life from scratch.

The songs are marked by the idiosyncratic personalities of each of his band members. Mishka Stein grew up in the Ukraine where he wore little suits and accidentally set his building on fire, but he did a brave job helping the firemen put it out. A sweet Soviet latchkey boy, he spent much of his time watching Russian cartoons. The influence of the absurd anthemic melodies of those cartoons can be felt in the songs, particularly "Look at You" and "Melody Noir".

Joe Grass, who has been playing guitar and pedal steel since Loves Songs for Robots, is a jackknife of sounds. He always creates a distinctive voice within the band's particular brand of music. Evan Tighe landed magically at the perfect moment to take up the drums. The band was very lucky to find such a great drummer in time.

Patrick also worked with Leonard Cohen on one of his last songs before the legend passed away. This had a profound influence on the way he writes lyrics and the possibilities of poetry in song. The collaboration influenced his vocal delivery to be more dry, to have less notes and to simply deliver the words.

The beginning artist's craft is so intuitive and odd, drawing from a trunk of recipes for happiness and hope. They begin with an idea that the world is good and things and love will work out. The mature artist creates from a place of melancholy and understanding of foibles and accepting a story that has already been written. It’s the difference between singing a solo at a stranger’s grave as a child and singing one at your own mother’s funeral.

It’s the same magical and sweet Patrick Watson on this album, but each of the feelings are deeper and dive down to stranger places, where even happiness seems impossible to bear. So the album moves from a dark place of loss to one of hope and magic and new love. The way you thought life was going to work out, but never does. Then it sometimes turns out to be more beautiful and surprising once it is broken.

 #####

FR

Voici la biographie de Patrick Watson (basée sur ce qu’il m’a raconté)

Il était une fois un garçon nommé Patrick Watson, qui était né sur une base militaire du désert de Mojave. Son père parcourait le ciel en avion, transportant des bombes sans recevoir l’ordre de les déployer. Il était le plus jeune d’une famille de cinq enfants, parmi lesquels se trouvaient une future patineuse artistique, un futur ingénieur et un futur pilote de chasse. Mais Patrick était arrivé sept ans après les autres, et la difficulté d’être né aussi tard résidait dans le fait que toute la famille avait déjà eu le temps de succomber à la folie, se pourchassant avec des couteaux. Le garçon a donc dû découvrir l’amour et la vie par lui-même, et il conserve cette manière philosophique de voir le monde, à travers les yeux émerveillés d’un enfant trop sage pour son âge.

La famille s’est installée à Hudson, au Québec, quand Patrick avait quatre ans. Un vieil homme nommé Frank Cobatt lui a demandé de chanter dans la chorale de l’église. Il est possible qu’ils se soient rencontrés à la pharmacie dans le rayon des pastilles pour la toux. Patrick a donc chanté à l’église, avec sa jolie voix mélancolique de petit garçon qui a touché tout le monde droit au cœur. Le directeur de la chorale l’a même fait chanter devant une tombe lors de funérailles, car il y a quelque chose dans sa voix qui réussit à capter toutes les belles choses de la vie qu’on ne peut saisir que temporairement, et c’est ce côté éphémère qui les rend magnifiques.

Évidemment, Patrick s’est initié au piano quand il était petit. Son piano appartenait autrefois à un garçon nommé Gordon, qui apparaissait tel un fantôme pour lui apprendre à jouer en plein milieu de la nuit. Même lorsque Patrick jouait à trois heures du matin, sa mère n’interrompait jamais ses séances essentielles. Il m’a montré la photo de Gordon, qui ressemblait grosso modo à un terrifiant psychopathe atteint de la tuberculose et qui aurait très bien pu assassiner toute sa famille pendant son sommeil. Mais je n’ai rien dit.

Patrick dit qu’il est devenu chanteur par hasard. Il pensait qu’il écrirait des partitions pour d’autres musiciens, ce qui peut paraître étrange de la part d’une personne qui possède clairement la magie nécessaire pour sidérer tout le monde quand il monte sur scène. Et il est désormais difficile d’imaginer la trame sonore de Montréal sans ses chansons.

Il a rencontré l’artiste Brigitte Henry lorsqu’elle prenait des photos sous-marines complètement surréelles de gens vêtus afin d’en faire un livre. Ce projet semblait capital pour Patrick, alors il a créé la musique de son exposition. La présentation a eu lieu au pornographique Cinéma L’Amour, devant une salle comble. Brigitte Henry conçoit encore la couverture de certains de ses albums, y compris celui-ci.

Patrick aime demeurer en contact. Il a découvert son premier guitariste, Simon Angell, dans les petites rues de Hudson. Et quand il est arrivé en classe pour son premier cours de jazz au cégep, Robbie Kuster et Mishka Stein s’y trouvaient. C’est un peu comme s’ils attendaient tous d’être réunis. Ils allaient jouer ensemble pour les vingt prochaines années.

Pendant qu’il travaillait sur son premier album, le groupe vivait dans une église abandonnée. Il s’est fait mettre à la porte pour avoir fait sonner les cloches lorsque des sans-abri venaient se marier. Tout le quartier se faisait réveiller en plein milieu de la nuit à cause de ces tentatives malavisées de prouver que l’amour existe.

Ils ont assuré l’ouverture du concert de James Brown, ce qui leur a appris à composer avec un large public. Avant chaque concert, James Brown et son équipe priaient toujours main dans la main pour que le spectacle soit fabuleux. La leçon qu’en a tirée le groupe? Être présent sur scène est un honneur, et les concerts musicaux sont des événements où les gens viennent pour participer à une expérience mystique. Au final, c’était un peu comme quand Patrick chantait à l’église lorsqu’il était enfant.

Pendant la composition de ce nouvel album, le batteur Robbie est parti, Patrick s’est séparé et sa mère est décédée. La majeure partie de l’album porte sur la vague qui nous renverse lorsque nous réalisons que tout ce qui nous est cher peut disparaître en un instant. Patrick a apporté son calepin sous l’eau pour composer des chansons sur la mélancolie tout en écoutant le chant solitaire des sirènes. Toutes les pièces parlent de l’importance de se chanter des chansons d’amour à soi-même lorsque personne d’autre ne peut le faire. "Melody Noir" est une chanson dédiée au gouffre que nous portons tous en nous.

Certains des titres, dont "Turn out the Lights" et "Look at You", portent sur le fait de tomber en amour à nouveau et de réapprivoiser l’intimité. Il est incroyablement surprenant que, malgré tous les changements, la vie puisse devenir encore meilleure, de nombreuses manières qu’on n’aurait jamais pu imaginer. C’est ainsi qu’ultimement, l’album parle de repartir à zéro.

Les chansons sont traversées par la personnalité propre à chacun des membres du groupe. Mishka Stein a grandi en Ukraine, où il portait de petits costumes et a accidentellement mis le feu à son bâtiment, même s’il a bravement aidé les pompiers à l’éteindre. Ce gentil petit garçon soviétique passait le plus clair de son temps à regarder des dessins animés russes. L’influence des mélodies de ces hymnes absurdes transparaît dans les chansons, surtout dans "Look at You" et "Melody Noir".

Joe Grass joue de la guitare et du pedal steel depuis Loves Songs for Robots. Il est un peu comme un couteau suisse musical, toujours prêt à appporter sa propre voix au sein des créations particulières du groupe. Evan Tighe est apparu par magie au bon moment pour reprendre la batterie. Le groupe a été très chanceux de trouver aussitôt un si excellent batteur.

Patrick a aussi travaillé avec le légendaire Leonard Cohen sur l’une de ses dernières chansons. Ceci a profondément influencé sa façon d’écrire ses paroles et sa réflexion sur le potentiel poétique des chansons. La collaboration a incité Patrick à simplifier ses performances vocales et à toucher moins de notes pour tout simplement offrir les mots.

Les créations de l’artiste à ses débuts sont intuitives et curieuses, puisant dans une réserve d’espoirs et de recettes pour devenir heureux. Elles naissent de l’idée que le monde est bien et que tout va s’arranger, que ce soit l’amour ou autre. L’artiste plus mûr crée plutôt à partir de la mélancolie et de sa compréhension des faiblesses, en acceptant une histoire qui a déjà été écrite. C’est la différence entre chanter seul devant la tombe d’un étranger lorsqu’on est enfant et chanter aux funérailles de sa propre mère.

Cet album provient du même Patrick Watson, touchant et magique, mais chacune des émotions est plus profonde, plongeant vers des lieux étranges où le bonheur peut paraître impossible à atteindre. L’album part donc de l’obscurité de la perte pour se frayer un chemin vers l’espoir, la magie et un nouvel amour. Vers la façon dont nous pensions autrefois que les choses se placeraient, sans que ça n’arrive jamais. Et de ces ruptures, la vie peut parfois devenir encore plus magnifique et étonnante.

Paradigm Logo

Responsible Agents Rob Zifarelli
André Guérette

Territories Canada, Asia & Australia