‘2019 most influential French musician in the world’ - VANITY FAIR

one of the most important acts in Europe, musically and socially’ - THE NEW YORK TIMES

flipping France’s rigid rules, beautifully… The world is now her playground.’ - FADER

Afropop face of empowerment… Aya represents something different’ - THE GUARDIAN

 SHORT BIO

Aya Nakamura (born Aya Danioko in Bamako, Mali  in 1995) is a multi-platinum, chart-topping French-Malian pop singer mixing urban and Afrobeat sounds, mostly known for the #1 hit single and global smash "Djadja" (2018).

Coming from a family of griots (West African storytellers, praise singers / poets of oral tradition), she was the oldest of five siblings in her family. Immigrating to France with her family, she resided in Paris northern suburbs. She later launched into music taking the name Nakamura, after the character Hiro Nakamura of the NBC Heroes science fiction drama series.

In 2017, her debut album Journal Intime entered the France charts at #6 and was certified GOLD, propelled by her first Platinum hit "Comportement".

In Spring 2018 she released new single "Djadja", first extract from her sophomore album due Fall 2018

This instant smash became #1 in the French charts in 4 Weeks only, topped the charts for 2 weeks and was quickly certified Diamond in France,

before conquering charts all over Europe (Netherlands -#1 for 4 weeks - Germany, Sweden, Portugal, Spain, Turkey, Romania, Bulgaria, Switzerland, Belgium, Greece…)

"Djadja" has garnered over +470 Million Youtube views and 320+ Million audio streams to date.

On Nov 2, 2018, the new “queen of streaming” released sophomore album NAKAMURA, boasting 7 tracks out of 10 in the TOP 10 single that week.

And became the first female artist to achieve this.

Album quickly went double Platinum and prompted her second #1 single, "Copines" (+200 Million YT views, +140M audio streams to date).

She topped all 2018 France year-end records becoming the most streamed female artist for 2018 (*source SNEP) and achieving #1 Youtube video that year in France.

In 2019 she won the European Music Moves Talent Award (Best Urban album) and was Nominee for Song of the Year & Best urban Album at France Music Awards (Feb 2019).

This recognition heralded her first sold out headline tour starting March 2019, including an Olympia Paris Hall sold out show in less than 2 hours, followed by a Zenith/arena tour in the Fall 2019.

In June 2019, she earned her first nomination at BET Awards 2019 as Best International Act, and crossed the 1 Billion YouTube channel views.

In August her YouTube channel becomes the most viewed ever for a French female artist (1.3 Billion views to date)

In the summer of 2019 she rules yet again with her new smash "Pookie" (+200 Million streams and +160 Million YouTube views to date), including high-profile international versions with multi-platinum rapstars Capo Plaza (#1 Spotify Italy) and Lil Pump (US).

In September 2019, "Djadja" rise back again at #25 in Shazam worldwide charts, and Top 10 in Shazam Spain and all Latin America, while "Pookie" enters Shazam worldwide charts at #80

She thus locks 2 tracks in Shazam Global 100 simultaneously.

The album Nakamura goes Triple Platinum in France.

In October, "Djadja" goes Platinum in Spain and Portugal while "Pookie" goes 2x Platinum in Italy, a rarity for an artist singing in French. On October 25,2019, Aya Nakamura release a new version of Nakamura with five brand new tracks including a new Top5, Platinum hit named "40%".

On Nov 12, 2019, Madonna posted an Instagram story with her dancers vibing to "Djadja".

At the end of November she embarks on her first 18-date national Zenith tour (7,000+ capacities - SOLD OUT). 

In December, she officially tops 2019 France year-end charts on both Youtube and Spotify, as the most watched and streamed French female artist this year.

Her album goes 4x Platinum in France with the new year, and has now generated +1 BILLION audio streams to date in the world.

On Jan 2, 2020, she is announced to perform at Coachella Festival 2020 (Sat 11 & 18 April), for her first international festival appearance.


AWARDS NOMINATIONS

MTV EUROPE MUSIC AWARDS 

BEST FRANCE ACT

NRJ MUSIC AWARDS

BEST FRANCOPHONE FEMALE ARTIST | SONG OF THE YEAR (POOKIE)

ALL AFRICA MUSIC AWARDS (AFRIMA)

BEST FEMALE ARTIST WESTERN AFRICA

FRANCE MUSIC AWARDS 2019 – Song of the Year ‘Djadja’ / Urban Album of the Year.

BET AWARDS 2019 – Best International Act.


######


FRANÇAIS:

‘La musicienne française la plus influente dans le monde en 2019 - VANITY FAIR

one of the most important acts in Europe, musically and socially’ - THE NEW YORK TIMES

flipping France’s rigid rules, beautifully… The world is now her playground.’ FADER

Afropop face of empowerment… Aya represents something different’ THE GUARDIAN


Il y a des artistes dont la réussite est difficile à appréhender de façon concrète et qui obligent à faire preuve de beaucoup d'imagination pour rendre compte du succès.

Ce n'est pas le cas d'Aya Nakamura, dont les deux dernières années de carrière peuvent se résumer en quelques chiffres et faits particulièrement parlants : plus d’1,5 milliard de vues sur Youtube - dont 450 millions pour le seul Djadja – plus 1 Milliard d’écoutes en streaming, des singles certifiés Or et Platine dans toute l’Europe et une place au sommet des charts dans de nombreux pays d'Europe et d'Afrique, dont celle de numéro 1 aux Pays-Bas cet été, une première pour une artiste française depuis Edith Piaf.

Elle a été en 2018 et encore en 2019, l’artiste féminine française la plus écoutée et vue dans le monde, faisant danser la planète de Madonna à Rihanna.


S'il est difficile de rendre plus palpable la popularité d'une chanteuse, les certifications, les salles de concert à guichet fermés et les records ne rendent pas compte des particularités artistiques de la jeune femme, qui, au-delà d'une réussite chiffrée, a réussi avant toute chose à créer de toutes pièces son propre genre musical, faisant preuve d'une créativité et d'une originalité qui en disent long sur les raisons de son succès. Cette franco-malienne n'est pas l'énième déclinaison du modèle de base de la chanteuse RnB à la française : en mariant toutes ses inspirations, du zouk de ses premiers tubes aux sonorités pop urbaine de son dernier album, en passant par l'indispensable tendance afro, elle a maîtrisé toutes les directions vers lesquelles tendait sa musique, tiré le meilleur de chaque genre, pour proposer des titres à l'identité bien caractéristique, le tout avec un ton à la fois moderne et transgénérationnel.

La façon dont l'auteure de Djadja et Pookie s'est forgée son propre créneau est bien entendu l'une des raisons les plus évidentes de sa réussite actuelle, elle qui était encore inconnue il y a deux ans : son style singulier est parfaitement identifié par le public (y compris le grand public), et quelques extraits de rythmique suffisent généralement à n'importe quel auditeur pour comprendre qu'il est sur le point d'écouter un titre d'Aya Nakamura. Une personnalité bien affirmée sur disque, qui dénoterait presque avec la simplicité affichée par la jeune femme sur les réseaux sociaux.

Aya Nakamura a su créer au fil du temps un lien unique avec les adolescentes, jeunes femmes et mères de famille qui la suivent, mais aussi, grâce à la force de titres universels comme Djadja ou Comportement, avec une gente masculine dont la part est toujours plus importante parmi ses fidèles.

La simplicité qu'affiche publiquement la chanteuse n'est que le reflet de son parcours, au cours duquel rien n'a été soumis au calcul intéressé par l'éventualité d'une carrière dans la musique. Née à Bamako, elle a en effet grandi dans une famille de griots, et a été élevée par une maman qui a toujours chanté, sans jamais chercher à faire de la musique une profession. C'est donc tout naturellement qu'Aya s'est tournée dès son plus jeune âge vers le chant. Les prémices de son succès sont d'ailleurs guidées par le même type d'initiative instinctive : disque de diamant, semaine Planète Rap et JT de M6 ne sont que les conséquences involontaires du triomphe inattendu d'un premier titre posté sans la moindre prétention sur Youtube en 2015 : "J'ai mal." Quelques heures après sa mise en ligne, la barre de notifications de la jeune Aya, qui n'avait pas encore fêté ses vingt ans à l'époque, était sur le point de saturer : la machine était lancée, presque involontairement.

A partir de cet instant, l'emballement est inversement proportionnel aux attentes de la jeune adulte : un premier clip qui cumule rapidement 10 millions de vues, un featuring avec Fababy qui devient un carton monstrueux, puis un premier album dont sont extraits les tubes que la France a connu en 2016-2017. Entre-temps l'ex-adolescente était devenue une maman épanouie, dont le changement de dimension n'avait en rien entamé la personnalité fraîche et spontanée. Au contraire, le quotidien très ordinaire d'Aya ne fait que nourrir sa musique, et les histoires finalement très communes qui circulent autour d'elle servent de support thématique à la plupart de ses tubes et à la majorité des titres de son nouvel album, Nakamura.

Quand Djadja évoque les rumeurs et les mensonges dont peut parfois être victime n'importe quelle fille ou jeune femme, Copines traite à la fois d'amitié, de jalousie et d'adultère, des thématiques tout aussi universelles. Mais Aya sait aussi prendre de véritables risques, comme sur le surprenant Whine up, qui crée une rupture avec l'image très sage de la jeune femme : dans ce titre très sensuel, elle se laisse aller à évoquer une relation charnelle assez explicite ; dans un autre genre, la chanteuse nous prend également à contre-pied sur Gangster, récit d'une rupture avec un bad boy, figure classique du récit amoureux. Les sujets de la maternité, du mariage et de la vie de famille sont abordés dès la première piste de NAKAMURA, comme une manière de régler tout de suite la question afin de pouvoir passer à la suite.

Ce pas en avant dans les thématiques abordées rejoint le travail toujours plus ambitieux effectué du point de vue des sonorités et de la direction artistique : après avoir longtemps accepté le rôle de la jeune fille arrivée aux sommets sans prétentions, Aya est désormais une femme épanouie qui doit non seulement justifier son statut de star, mais aussi se donner les moyens d'aller plus loin, en tirant vers le haut sur le plan artistique. Loin de se contenter d'appliquer les recettes les plus efficaces de son premier album, Aya Nakamura propose ici un panorama complet de ce que doit être un disque populaire en 2018 : elle s'aventure ainsi sur des terrains nouveaux pour elle, avec des titres calibrés pour les clubs (Pookie, Gang) ; d'autres inspirés par les codes de la trap (Dans ma bulle), ce sous-genre du rap qui a révolutionné la scène française ces dernières années ; et d'autres plus doux et intimistes, comme ce piano-voix (Oula) qui vient conclure la tracklist.

La grande force de l'album Nakamura réside, en définitive, dans la capacité de la chanteuse à assurer la continuité de ses précédents succès, tout en se donnant les moyens de franchir un nouveau palier. Alors qu'elle n'aurait pris aucun risque en se reposant sur ses lauriers pour livrer une simple suite de son premier disque, l'ambition était clairement d'aller plus loin, et d'offrir à son public l'album qu'il était en droit d'attendre. Quoi qu'il arrive désormais, Aya Nakamura a réussi à créer son propre créneau, et son propre style. Bien plus que les certifications, les disques de diamant et les millions de vues, c'est une récompense dont peu d'artistes peuvent se vanter.

Paradigm Logo

Responsible Agents André Guérette
Tom Windish

Territories North America